Les Ô troubles

Les Ô troubles

Walking Dead Tomes 1 à 10, par Robert Kirkman & Charlie Adlard (Tony Moore sur le tome 1), chez Delcourt :

1-      Passé décomposé, 03/2005

2-      Cette vie derrière nous, Delcourt, 03/2005

3-      Sains et saufs ? Delcourt, 11/2007

4-      Amour et mort, Delcourt, 02/2008

5-      Monstrueux, Delcourt,06/2008

6-      Vengeance, Delcourt,10/2008

7-      Dans l’œil du cyclone, Delcourt,01/2009

8-      Une vie de souffrance, Delcourt, 05/2009

9-      Ceux qui restent, Delcourt,10/2009

10-  Vers quel avenir, Delcourt, 02/2010

 

        Le monde est en proie à une violente invasion de zombies, les morts reviennent à la vie et ont faim de nous. L’origine de cette « épidémie » reste inconnue. Rick Grimes, père de famille et policier tente de donner sa chance à un groupe de survivants hétéroclite. Mais leur chemin est semé d’embuches et…que chercher, que trouver dans un monde où tout ce que nous connaissions est mort… ?

 

 

 

        Eh oui, je suis tombée dedans ! Ah, ce phénomène Walking dead, quel gouffre !

Alors, pourquoi choisir de traiter les tomes dix par dix me direz vous ? Et bien, et bien…plus pratique ? Plus sympa aussi pour observer les flux et les reflux que Kirkman nous offre. Et j’évite aussi les inévitables répétitions, j’ai plus de temps pour avancer les comics, c’est plus rapide, c’est plus clair, bref, c’est bien !

Par contre pour ne pas spoiler, je vais être obligée de rester vague, d’effleurer et de contourner pour ne pas gâcher le plaisir des nouveaux venus !  Bien sûr, je suis ici très succincte et sobre, tous ceux qui ont à ajouter ou à redire, etc…sont donc activement invités à ajouter leur commentaire !

 

        De manière générale, j’ai complètement accroché, comme engluée dans ces volumes qui devancent tellement les livres et la série (ce n’est que mon avis !). Attention, je vais être lapidaire :

Ambiance générale : fin du monde, survival macabre et plutôt violent, ici la bidoche dégouline, les dents sautent, les cadavres puent. J’adore !

Finir un tome peut être une vraie torture ! Il est des moments où l’attente d’une suite est quasi insoutenable. Le rythme est plutôt prenant (tellement plus que dans la série homonyme où certains épisodes sont clairement soporifiques…). Ici, on est à l’affût, jamais vraiment au repos, jamais vraiment rassurés. Malheureusement, la durée pousse vers quelques dangereux écueils…cependant, on ne chavire pas, les voiles reprennent toujours le vent.

Les personnages : tellement plus riches que dans la série, tellement plus vrais, tellement plus ! À commencer par LE personnage de cette première dizaine de tomes : Rick, en proie à tant de tortures, à tant de tourments…Il est ici bien plus vrai et plus attachant, ai-je envie de dire.

Les relations qu’entretiennent ces survivants sont vraiment intéressantes parce qu’humaines, soignées, réalistes et passionnantes. Dans ce monde, tout se joue à peu de choses : un faux pas et c’est la mort éveillée qui vous emporte. Une attitude approximative et vous voilà obligés de tuer la personne que vous avez connue et aimée…Il y a des femmes, des hommes, des enfants…Qui nous ressemble le plus ? Qui aurions-nous été ? L’amour et la peur croisent la haine et la reconnaissance…

Un coup de cœur pour Michonne, pour Glenn aussi. Ne serait-ce que dans le visuel (Michonne et ses zombies !) ou dans l’attitude…oser c’est parfois vivre !

Le visuel : j’adore le découpage des planches ! On est si près, on est si bons spectateurs grâce à la disposition, grâce aux coups d’œil et aux vues plongeantes que nous offre cet agencement des vignettes!

Les zombies sont superbes. Tellement décomposés, tellement marqués par la mort et la putréfaction. Certaines doubles pages sont sensationnelles ! Le noir et blanc ne m’a absolument pas gênée parce que finalement il sollicite notre imagination bien plus que la couleur.

Les bulles : nous offrent des dialogues d’un réalisme et d’une sincérité tellement naturels…comme s’ils avaient réellement eu lieu en présence de l’auteur…Pas de surjoué ici, les insultes fusent, mais on aurait tellement dit la même chose ! Il y a la raison de l’urgence et l’argument du cœur. Bref…j’adhère !

 

Je m’arrête là, car on pourrait ici dire tellement et si peu…Mais en gros, mon avis est ci-dessus !

 

Un bémol ? On va se lasser... non… ? 

 

P.-S. : il ne manque qu’une chose…que la série télévisée nous offre…un Shaun au corps sculpté et un Daryl….à consommer sans modération !

 

 



14/04/2013
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres