Les Ô troubles

Les Ô troubles

L'affaire Charles Dexter Ward

L'histoire: 

 

        C'est en 1927 qu'Howard Phillips Lovecraft écrit ce roman, l'un des rares qu'il ait publié, étant plus coutumier des nouvelles.

Mais quelle macabre vérité cache le nom de Joseph Curwen? Cet homme qui semble posséder une étrange jeunesse, à l'épreuve du temps, celui là même qui quitta Salem en proie à la grande chasse aux sorciers du XVIIIe siècle? C'est ce qui intéressera à outrance le jeune Charles Dexter Ward en 1918. Passionné, entre autre, de généalogie, il découvre cet ancêtre qui est le sien et ... il semble nourrir pour lui une horrible passion, qui le pousse, d'après la médecine qui lui est contemporaine, à la folie la plus étrange, la plus totale et la plus lugubre....

 

 

 

        Une fois de plus, cet auteur m'enveloppe, oui, c'est bien le mot qui convient, d'une horreur plus suggérée que disséquée. Le frisson est sournois, un brouillard épouvantable envahit les pages, pourtant, le flou putride que crée Lovecraft n'est jamais mis en pleine lumière, conservant par là un mystère anxiogène. 

        Comme souvent, les personnages sont torturés, emprunts d'une aura malsaine. L'auteur joue sur nos sens: la vision, l'ouïe, l'odorat, dans ce qu'ils peuvent ressentir de plus abjecte. Une malle est ouverte, on ne sait ce que les voleurs ont vu et pourtant, personne n'oubliera jamais l'immonde découverte qui les couvrit d'horreur. On entend une explosion, et on tremble. On sent des odeurs écoeurantes et terrifiantes...On plonge dans des ténèbres que Lovecraft sait mettre en valeur dans ce qu'elles ont de plus horrifiant.

        Le personnage de Charles Dexter Ward, alors qu'il cherche à mieux connaître cet ancêtre qui est le sien, s'égare de plus en plus vers une folie morbide. Il parle, et se répond, dit-on, avec une autre voix, il écrit, mais sa calligraphie n'est plus la sienne, il expérimente, mais l'horreur sans nom de ses projets reste un mystère épouvantable...L'ombre de son aïeul plane sur lui, on le devine, on ose l'imaginer, et les secrets morbides du passé refont surface, comme si le maelstrom qui les relie au présent les y transportait avec leur flot d'abjectes expériences....

Comme toujours, je vous le conseille si vous aimez l'horreur et le suspense, le frisson et la littérature!



09/08/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres