Les Ô troubles

Les Ô troubles

Retour à Salem, tome 1, L’Ordalie, de Jacques Fuentealba, aux éditions Midgard, 2012

« En découvrant son véritable héritage, le risque est grand de plonger en plein cauchemar. Surtout quand on descend de l’une des sept familles de sorcières de Salem, qu’on se retrouve pris dans une guerre secrète à l’échelle du monde…et que vos propres alliés guettent le moindre faux pas… » (4e de couverture).

 

 


Bon, il y a plusieurs aspects dans cet ouvrage, certains sont plaisants, d’autres plus désagréables…

 

        L’ambiance générale est mouvante. L’histoire débute dans un bayou, ce qui n’est pas pour me déplaire (non, ce n’est pas Butcher non plus !). On assiste à une exécution sommaire et là franchement, j’étais conquise. Seulement, voilà, il n’y a pas une seule et unique toile de fond dans ce roman, mais une myriade ! Et c’est là que le bât blesse ! Comment se fondre sans se perdre ? Nous passons d’un lieu à un autre, sans réellement prendre le temps de nous repérer. Les méandres urbains se mêlent aux pièces de demeures plaisantes, mais mal identifiées. C’est plutôt regrettable, car la Nouvelle Orléans a sans doute beaucoup à offrir ! Nous n’avons pas non plus le temps de nous immerger vraiment dans un univers en particulier.

 

        La pesanteur de l’histoire est irrégulière, comme on l’apprend en quatrième de couverture, il y a une guerre, un conflit sous-jacent, mais tout comme pour l’ambiance, on se perd vite dans une série de faits annexes…ils sont loin d’être inintéressants, mais le problème c’est que je me suis souvent demandée « mais où va-t-on en venir ? »…J’ai eu l’impression d’être un peu baladée par l’auteur, d’un lieu à un autre…d’un point de vu à un suivant. Certes par ce procédé l’histoire est riche et le rythme soutenu, mais c’est aussi déstabilisant…ou peut-être n’étais je pas suffisamment concentrée ce jour ? 

 

      Le style de Jacques Fuentealba est lui-même discontinu ; parfois les adjectifs se succèdent et nous perdent, l’instant d’après nous voilà au cœur de phrases interminables…bref, pas désagréable, mais pas toujours simple. Il parait évident à la lecture de cette œuvre que l’auteur s’implique vraiment dans un questionnement face au savoir, face au bien, au mal et à la religion. Ce point n’est pas négligeable.

 

        Les personnages sont nombreux et très différents, on a envie de les connaitre, puisque certains sont clairement plaisants. C’est le personnage de Damian, le gitan solitaire, qui m’a le plus plu avec celui de la jeune vaudou. Mais voilà, une fois de plus il y a un trop, un surplus, je n’arrive pas à les identifier correctement jusqu’aux alentours des pages 200-250 (sur 300 pages ça pique un peu quand même !). On ne suit pas bien les personnages, quant à l’idée de s’y attacher… Mais pourquoi un tel méli-mélo ? D’accord, il y a de nombreuses familles qui doivent se réunir, etc., mais pourquoi changer régulièrement de point de vue? Pourquoi appeler les personnages une fois par leur nom, puis par leur prénom, puis par leur fonction alors qu’on n’arrive déjà pas à se repérer ?! J’ai eu beaucoup de mal à adhérer essentiellement à cause de cela. Pourtant le début avec cette jeune fille vaudou, etc. j’aimais bien et puis…et puis même en m’accrochant j’ai décroché ! Jusqu’au bout, on passe d’un personnage à un autre avec une rapidité déconcertante. Alors OK je suis enrhumée donc mon cerveau est peut-être un peu ralenti, mais bon…

Ce qui est appréciable en revanche ce sont les ajouts de l’auteur à ces personnages. L’idée par exemple de leur avoir attaché des créatures, des esprits, etc.

 

L’évocation de la sorcellerie est assez classique, on soigne, on se bat, on crée et se protège avec. Mais ce qui est sûr c’est que magie et sorts sont omniprésents.

 

Sur ce je ne m’avoue pas vaincue. L’idée de base est plaisante, à la fin du livre on saisit mieux l’intégralité des protagonistes. J'aime le fond mais pas la forme. J’en conclus donc que ce n’est qu’un premier tome, qu’il met de nombreux éléments en place et que finalement, c’est dans le tome 2 qu’il faut se plonger pour mieux appréhender cet auteur ! J’attends donc ce volume avec une certaine impatience quand même!

 



30/04/2013
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres