Les Ô troubles

Les Ô troubles

Démon sans visage, de Kévin Iacobellis, Bookelis, janvier 2014

        Guilty est réputé pour être un village où règne la peur. Nul ne sait exactement pourquoi l'endroit tient cette réputation, mais des rumeurs circulent à propos de nombreux tueurs qui y sèment la terreur. Je ne suis pas un grand amateur de films d'horreur, mais en revanche, je suis un expert pour retrouver des personnes disparues. Lorsque Henry m'engage afin de retrouver son frère, je fais la promesse de le ramener et de comprendre ce qu'il se passe dans ce village. Sur place, je découvre l'existence d'un Colocaster, un démon sans visage qui m'apprend la vérité sur les habitants...

 

Démon sans visage.jpg

 

        Tout d’abord, un grand merci à Kévin Iacobellis pour son envoi et sa sympathie. Voilà, j’ai enfin pu lire ce livre dont l’histoire m’a interpellée depuis longtemps !

Le résumé ne ment pas, le récit est incontestablement prenant et on ne peut rester insensible au suspense qui s’insinue dans chacune des pages. D’ailleurs, une fois commencé, je l’ai fini le jour même ! Cependant, le style de l’auteur peut dérouter. Si je devais résumer mon avis, il se divise clairement en deux axes : l’un très positif pour le fond, et le second plus négatif à propos de la forme.

 

        Commençons par le fond. Le mystère est omniprésent tout au long du texte, et jusqu’au bout, rien n’est dévoilé pour éviter l’écueil d’une fin attendue, voire classique. Il n’y a pas un instant où nous ne sommes pas amenés à nous interroger sur les mystérieux événements qui se déroulent à Guilty. Le rythme rapide ne nous laisse absolument pas le temps de bâiller ou de nous enliser. En effet, les événements s’enchainent sans détails superflus (même si parfois, une ou deux petites indications n’auraient peut-être pas été de trop…). Ainsi, l’aspect qui peut paraître dans un premier temps un peu conventionnel (village aux rues désertes et au lourd secret) se transforme en aventure inattendue et originale, teintée de fantastique et de rebondissements imprévus. J’y ai aussi vu, mais peut-être que je fabule, un petit humour noir par instant…Bref, l’histoire est vraiment bien trouvée et ne vous laissera pas de marbre.

 

        Mais, entamons le deuxième axe de mon petit avis : la forme. Kévin Iacobellis, dont la force d’imagination n’est plus à prouver après cette lecture, a un style spécifique qui m’a prise de court. Je suis habituée à une épouvante bien différente de celle-ci. En effet, les détails, sans que ce soit un texte réaliste non plus, me sont indispensables pour me sentir « à l’aise » dans ma lecture. Ici, mon ressenti est étrange, j’ai l’impression d’avoir survolé le sujet. En effet, il manque à mon goût (mais ce n’est que mon avis) un peu plus de profondeur, quelque chose qui nous permette de pénétrer davantage l’univers du Démon sans visage. Il est par exemple regrettable de ne pas en apprendre un peu plus sur les personnages, ne serait-ce que pour vibrer avec eux et les accompagner davantage. Ici, on suit des inconnus … sans visage… Quelques maladresses pourraient nous semer si l’histoire ne reprenait pas le dessus. Je pense aussi qu’il y a quelques coquilles, mais il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne font jamais d’erreur !

Ceci étant, cet ouvrage présente la qualité d’être très accessible à tous.

 

        Pour conclure, il y a ici de très bons moments, et c’est pour sa touche d’imagination que je pense désormais suivre cet auteur ! 



11/02/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres