Les Ô troubles

Les Ô troubles

Rogue River, de Jourdan McClure

Synopsis

 

Mara vient de perdre son père. Un peu paumée, elle décide de partir seule dans l’Oregon pour disperser les cendres de son défunt papa dans les eaux de Rogue River. Seulement voilà, elle rencontre le « brave », trop « brave » Jon Wall, au moment précis où pendant qu’elle se recueillait sur les bords de la rivière, sa voiture disparait. Elle se retrouve donc sans moyen et sans réseau téléphonique au beau milieu d’une forêt plutôt peu rassurante. Sa seule possibilité, accepter l’hospitalité de cet inconnu…que le cauchemar commence !

 

 

 

Mitigée, mitigée…pour un bien il y a un moins bien !

Commençons par l’ambiance et le décor; plutôt agréables et crédibles. Sans être vraiment extraordinaires pour ce type de survival entre quatre murs, ils offrent une banalité déroutante, le sordide s’invite chez monsieur Toutlemonde ! On voit ce qu’on a besoin de voir, même si parfois on se perd un peu dans la géographie des lieux, les portes qui peuvent nous faire sursauter sont repérables et c’est très bien ! Puis rapidement (très rapidement !) la situation devient anxiogène, le couple américain si parfait (monsieur en forêt avec son quatre-quatre et madame en cuisine à préparer des légumes !) se transforme en monstruosité (vous découvrirez ça au fil de l’histoire, le glauque s’insinue peu à peu !).  

Pour les acteurs, en ce qui me concerne, c’est l’épouse de Jon Wall (Lucinda Jenney) qui m’a le plus marquée ; se faire dessus devant le frigo avant de révéler un cuir chevelu à la père Fouras, on l’adore forcément ! Il y a cependant un côté vraiment malsain et vicieux lorsque…à bah non ! Faut pas que je le dise sinon vous n’aurez pas la surprise !

Le rôle principal est tenu par Michelle Page qui semble mettre toute son énergie à transmettre un vrai frisson à son public, et sur ce point je dois avouer que c’est plutôt réussi ! Sa terreur semble palpable, elle imprègne l’écran de sa crainte !

Par contre, pour ce qui est de la profondeur des personnages…il n’y a pas grand-chose à dire à part qu’elle m'est apparue comme inexistante…mais en même temps soyons honnêtes, ce n’est pas bien grave pour ce film ! Là où c’est plus gênant c’est peut être que l’histoire et le scénario eux-mêmes sont un peu survolés…cependant le résultat reste (mais ce n’est que mon avis) plutôt agréable.

Que souligner d’autre, le film ne durant qu’une petite heure et dix sept minutes…passons à ce qui m’a plus dérangé…

Comme je l’ai dit, le suspense arrive vite, sans préparation hydrato-neuropsychologique on se retrouve à redouter le moindre bruit, la moindre porte, cet homme si rassurant devient angoissant et c’est parfait. Mais ce suspense retombe aussi très vite ! La fin du film arrive trop tôt à mon goût… L’horreur et la violence n’envahissent pas l’image de façon trop forte ce qui empêche une "lassitude précoce" (contrairement à certains films qui sortent toutes leurs cartes dès les cinq premières minutes et qui nous font revoir pendant une heure et demi ce que nous avons déjà vu !) mais le problème ici c’est qu’il n’y a pas non plus de bouquet final ! Je veux dire par là que l’intrigue se dénoue vite, sans plus d’explications et sans apothéose…mais je dois l’avouer, ça vient sûrement de mon problème du « toujours plus » !

Enfin, la dernière image nous rappelle l’aspect le plus malsain du film, comme pour nous laisser dans la bouche un goût de cendre…

Pour conclure, ce petit DVD m’est apparu comme agréable mais sans plus…



22/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres