Les Ô troubles

Les Ô troubles

Livide, d'Alexandre Bustillo et Julien Maury

Synopsis

 

Une nuit d'Halloween en Bretagne, trois jeunes gens se décident à cambrioler une magnifique demeure dont l'unique occupante, une ancienne professeur de danse, est plongée dans un profond coma. Le coup semble simple et intéressant. Mais assez rapidement, les lieux vont s'avérer plus dangereux qu'ils ne le paraissaient et le trio découvrira, à ses dépens, les morbides secrets qu'abritent ces murs....

 

 

Et bien...c'est le coup de coeur!!!

Déjà le précédent film du duo Bustillo / Maury, A l'intérieur, m'avait laissé un souvenir mémorable, mais là! Une ambiance et un décor soignés, une poésie morbide, un conte putride, une beauté visuelle comme je l'aime! Bien sûr, il y a quelque petites choses que je pourrais éventuellement dire vis à vis de petits déséquilibres dans la narration (après tout je suis comme ça!), mais non, la magie de ce film ne me le permet pas! 

Le spectateur se laisse bercer par une première partie qui doucement, pas à pas, fait monter l'angoisse. Les lieux vus le jour réapparaissent dans le faisceau mal assuré d'une lampe de poche, une ambiance anxiogène s'impose sur l'écran tandis que, déjà, se profilent les premières situations critiques. Dans une seconde partie la nature des habitants de la maison ne fait peu à peu plus aucun doute et la magnifique découverte de ce que nous pourrions appeler "la boite à musique vivante", fut pour moi un pur moment de frisson et la  certitude que ce film restera gravé dans ma petite tête! 

Les personnages féminins ont clairement le dessus, ce qui n'est pas sans me déplaire (d'ailleurs les deux acteurs masculins semblent davantage être là pour subir les scènes gores, rôles un peu trop souvent tenus par les traditionnelles blondes plantureuses du cinéma américain!). J'aime aussi retrouver des actrices "inhabituelles" dans un film de ce genre, ici par exemple, Catherine Jacob en complice criminelle. Ce choix modifie (en ce qui me concerne) les repères habituels. Cette femme, que nous voyons plus souvent dans des situations rocambolesques, drôles etc. devient ici un être cruel, qui semble de marbre face à ce qu'elle voit, comme si les réalisateurs nous avertissaient: ici on inverse les certitudes, oubliez ce que vous savez et ce qui vous rassure! Oui, je sais, c'est peut être un peu personnel comme façon de voir les choses, mais c'est comme ça pour moi! (Et ça m'a fait la même avec Yolande Moreau dans La meute). Ces choix me déstabilisent et du coup, ajoutent un soupçon d'angoisse! Quant à Chloé Coulloud dans le rôle de Lucie Clavel, elle est juste...parfaite!

Le rapport mère fille est aussi très présent dans le film, morbide et vampirique, il n'en reste pas moins magique. Les petites danseuses me touchent personnellement, elles allient beauté et féérie macabre, nostalgie et tulle lépreux, meurtres sadiques sous les traits d'un ange! 

Bref, je conseille vraiment ce conte pour adulte à tous ceux qui veulent vivre une belle et cruelle histoire de maison hantée!

Tout ça m'a donné envie de revoir Suspiria et Saint Ange (magnifique Virginie Ledoyen...)!

 

 

 

 



05/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres