Les Ô troubles

Les Ô troubles

Chambre 1408, de Mikaël Hafstrom

Synopsis

 

Mike Enslin est un écrivain qui s'attache à démystifier les lieux dits hantés auxquels il ne croit pas. Pour lui la vie après la mort n'est que mensonge. Il ne semble pas rencontrer un réel succès littéraire, et sa vie personnelle est marquée par un drame affreux, la perte de sa fille. C'est avec un dédain explicite qu'il ouvre son courrier et cherche sa prochaine destination "paranormale" qu'il considère, avant même de la connaître, comme forcément truquée. Il est soudain attiré par la sinistre réputation d'une chambre de l'hôtel Dolphin, la chambre 1408. Malgré les avertissements appuyés du responsable des lieux, il s'y installe pour une nuit. Et là, toute sa logique, toutes ses convictions vont s'effondrer. La chambre est bien plus qu'une simple pièce...

(Adaptation d'un texte de Stephen King)

 

 

 

Que dire...

Surprise? Non...

Déçue? Non plus...

Fade!! Voilà, l'adaptation m'est apparue comme un peu fade, mais agréable tout de même!

Le jeu de John Cusack est excellent! Véritable pilier du film, il le soutient de toute sa personne! En fait, je trouve cet acteur très...expressif! Bien que ce devrait être le propre de la majorité des comédiens, un grand nombre d'entre eux m'apparait malheureusement souvent comme figé sous le fond de teint! 

Les mystères de la chambre sont vraiment surprenants! Et le réalisateur plonge littéralement le spectateur dans le décor, en rendant le repérage spatial possible via  une mise en scène astucieuse qui se joue des lieux. Nous pouvons analyser les pièces, repérer le peu d'issues, ce qui amplifie l'aspect "étouffant" de certaines scènes. Rapidement d'ailleurs les murs, l'isolement, la répétition, entraînent le spectateur à ressentir comme une claustrophobie, la chambre devient bien plus qu'un chambre, un enchevêtrement de cubes infernaux, une porte vers un ailleurs, vers l'au delà.

Ce qui par contre m'a un peu dérangé c'est l'aspect soufflé qu'on sort trop vite du four, je m'explique: certaines scènes font monter la pression, on s'accroche à l'écran, les yeux sortis des orbites, les ongles plantés dans le coussin et puis...pffiou, rien...aucun effet sensationnel...(pour ma part en tout cas).

Ceci étant, les rebondissements rythment agréablement le film, même si l'un d'entre eux n'apparaît pas comme très crédible (je vous laisse découvrir, ne brisons pas l'envie qui est peut être en train de naître en vous!). 

L'ambiance générale (décor, histoire, mésaventures) est assez sympa. D'abord parce que j'aime l'atmosphère "hôtel à la Shining" (Ô grand Shining qui marqua ma jeunesse !!). Ensuite pour le côté tout est normal puis...saut dans la folie! D'autant que le personnage principal s'accroche à son rationalisme jusqu'au bout, il sème par là le doute jusqu'à ce que, avec certitude, on le suive là où tout est possible, loin de ce qu'un esprit normalement constitué s'attend à trouver dans une chambre d'hôtel.

Le personnage qui m'a le plus plu? Surprenant mais...la voix au téléphone! Son aspect bienveillant mais totalement décalé avec la réalité des faits, j'adore!

Pour conclure; sympa, sans grandes "sensations cinématographiques" mais bien mené. Attention tout de même si comme moi vous avez horreur du pathétique...il y en a dans ce film!

 

 

 



16/08/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres